Notre page Google+ facebook rond twitter rondNotre chaine Youtube

Equipements / Bassin

Un visiteur parcourant le garage à bateaux d'un club comme l'ENB peut être surpris de la diversité des bateaux disponibles, surtout quand les termes pour les décrire sont un savant mélange de sabir anglo-saxon et de nomenclature absconse.

 

Le but de cette page est d'éclaircir tout cela.

Un peu d'histoire

Le materiel de Thomas EakinsL'aviron a commencé à se développer au XIXe siècle, avec très rapidement une recherche pour réaliser des bateaux légers et effilés. Comme il faut un certain levier sur une rame, la dame de nage (endroit ou la rame est attachée au bateau) doit être à une certaine distance du rameur. Cela donne la largeur typique d'une barque, pas forcement très rapide sur l'eau !

Afin de réduire la largeur du bateau, deux solutions ont été trouvées vers 1856. La première consiste à ne donner qu'une rame à chaque rameur, et à décaler les rameurs à l'intérieur du bateau. Ces bateaux appelés yoles seront déclinés pour 2, 4 et 8 rameurs.

Les yoles ne sont plus utilisées que par intérêt historique, ou en aviron de mer.

L'autre solution est de fixer les dames de nages non plus directement sur le bordage du bateau, mais sur une structure déportée vers l'extérieur du bateau, « outrigger » en anglais, portant en français.

Depuis cette époque, les bateaux d'aviron ont finalement assez peu évolué. Les frères Biglin peints par Thomas Eakins en 1872 pourraient passer inaperçu sur un bassin encore aujourd'hui.

 

Les bateaux d'aujourd'hui

On comprendra que les bateaux « outriggers » sont nettement instables. Pour les débutants, on utilise donc des bateaux plus larges, appelés Ramtonic, canoës français, ou yolettes, en souvenir des larges yoles du passé.

Rapidement, la technique permet de ramer en outrigger. Les bateaux existent en plusieurs longueurs, avec ou sans barreur.

  • Un rameur : Skiff (mot anglais, venant du français esquif, donc 1 partout)
  • Deux rameurs : double
  • Trois rameurs : triplette
  • Quatre rameurs : quatre
  • Huit rameurs : huit, qui n'existe que barré, vu sa difficulté à manœuvrer.

Couple et pointe

Le souvenir des yoles se perpétue avec l'aviron de pointe, c'est à dire le fait de ramer avec une seule rame par rameur. Ramer avec deux rames, c'est de l'aviron de couple. On dit la pointe, et la couple.
En anglais, les rames portent même des noms différents quand on parle de pointe (oar) ou de couple (scull). En Français, on utilise les mots rame, aviron ou pelle indifféremment pour la couple ou la pointe.
La plupart des bateaux existent armés en pointe et en couple. Il suffit en fait de changer les portants.
Quand on parle d'un bateau, il faut donc préciser s'il est barré ou non, et s'il est en pointe ou en couple.

Nomenclature

Une nomenclature internationale simple permet de définir un bateau très rapidement (maximum trois signes).

  • Un chiffre donne le nombre de rameurs
  • Le signe « x » permet de préciser qu'il s'agit d'un bateau de couple. Sinon, par défaut, il s'agit d'un bateau de pointe.
  • Le signe « + » indique la présence d'un barreur

Voici donc la totalité des bateaux existant (ou pouvant exister), et leur nomenclature

 

Barreur

1

2

3

4

8

Couple

Non

1x: skiff

2x: double

3x: triplette

4x: quatre de couple

 

Oui

1x+: canoë

2x+: double barré (rare!)

3x+: triplette barrée (rare!)

4x+: quatre de couple barré

8x+: huit de couple

Pointe

Non

 

2: pair oar

 

4: quatre sans

 

Oui

 

2+: deux barré

 

4: quatre barré

8+: huit

 

Construction des bateaux et des rames

Si la carène et l'apparence des bateaux n'ont pas beaucoup évolués depuis 150 ans, les matériaux se sont modernisés.
Les coques qui étaient construites à l'aide d'une fine couche de bois fixée sur une structure de bois, sont maintenant réalisées en composites et nid d'abeille.

Les portants qui ont commencé à être fabriqués en tubes d'acier, sont devenus en aluminium au XXe siècle, et sont maintenant des profilés aérodynamiques participant à la rigidité de la coque.

Les avirons ont vu la forme des palettes évoluer au fur et à mesure des progrès en hydrodynamique. Les fines palettes ont fait place à des formes plus larges lors des championnats d'Europe organisés à Mâcon en 1959. Ces palettes sont toujours appelées Mâcon. A partir de 1992, les palettes sont devenues carrées comme des hachoirs, et les rames ont définitivement abandonné le bois pour l'aluminium ou es composites. Les pelles d'aujourd'hui ne sont plus les merveilles d'ébénisterie du passé, mais sont plus solides et rigides.

Modèle de rames

Pour finir, même si le matériel pour pratiquer l'aviron est assez cher, la FISA a édicté des masses minimales rendant inutile une inflation des technologies et des coûts. C'est donc essentiellement la qualité des rameurs qui fait la différence.

 

Plan d'ensemble du bassin

Plan de situation du bassin

Prochainement

Aucun événement